Commander : Lytta Basset

Monastica
Art & Artisanat

Lytta Basset

Le desir de tourner la page - au dela du pardon
Fruit d’un long travail personnel et spirituel, Lytta Basset livre dans ces pages une oeuvre forte et grave où tout nous appelle à accepter la blessure, la reconnaitre pour mieux s’aimer et continuer le chemin de la vie, enfin pacifié.
Le pouvoir de pardonner
A la lumière de textes bibliques tirés des livres de Job, de la Genèse, d’Isaïe, et des évangiles de Luc et Matthieu, la théologienne et pasteur étudie l’expérience intime de la souffrance et du mal, et le pardon.
Guerir du malheur
En s’appuyant sur une lecture originale de certains textes bibliques, Lytta Basset, professeur de théologie et pasteur, nous invite à descendre dans l’abîme de notre malheur personnel pour en guérir : ainsi découvrons-nous peu à peu le pouvoir de pardonner dont nous sommes investis
Aimer sans devorer
La pasteure et théologienne invite à trouver en soi le souffle d’amour capable de mener à une relation vraie, non destructrice. Elle démontre que ce souffle d’amour est celui des Evangiles, trace de la transcendance et signe de liberté intérieure. Prix du livre de spiritualité 2011
La joie imprenable
L’auteure, pasteur et professeur de théologie, montre comment la relation à l’autre, recherchée et maintenue à tout prix, devient porteuse de la prodigalité dont parlent les Evangiles.
Sainte colere : jacob, job, jesus
Le thème de la colère est examiné dans le cadre spirituel du christianisme. La Bible l’évoque à plusieurs reprises dans certains de ses épisodes, tel le combat de Jacob avec l’ange du gué du Yabboq. Selon l’auteur, il existe une sainte colère où Dieu et l’humain peuvent s’affronter sans retenue et se trouver enfin dans la bienveillance
Ce lien qui ne meurt jamais
Lytta Basset
La source que je cherche
L’auteur d’Airnersans dévorer et d’Oserla bienveillance a mis beaucoup d’elle-même dans cet essai remarquable qui renverse les idées reçues sur la perception du divin, nous montre les impasses d’une certaine théologie trop sûre d’elle-même, et nous invite à nous découvrir ou nous (re)connaître comme des assoiffés d’infini.
Mon Compte Identifiez-vous
Panier Votre panier est vide